Le jour de ta naissance

Je m’en souviens, de ce jour où tu es né. Je me souviens que c’était la première fois que j’allais donner naissance, je me souviens qu’il y a eu des fausses alertes, parce que moi je ne savais pas trop quand il fallait filer à la maternité.

Je me souviens que ce matin-là, alors que rien ne présageait de ta naissance, j’ai dit à la boulangère qui me demandait le fameux :
« C’est pour quaaaand ? »
J’ai dit que c’était pour aujourd’hui...

Encore maintenant, je me demande pourquoi j’ai fait cette étrange réponse alors que tu étais attendu 15 jours plus tard. Je me souviens qu’on était en novembre, que le temps était gris et que plus on avançait dans la journée et plus il faisait mauvais.

Je me rappelle nettement des premières contractions, qui sont nées en même temps que l’orage tonnait, que je m’amusais de constater que parfois elles étaient synchros.

« Outch, ça fait mal »
« Braoum fait le ciel ».

Je me souviens de ton papa inquiet, qui voulait qu’on prenne la route pour rejoindre au plus vite la maternité, située à quarante minutes de là.

Je me souviens que je regardais Ardisson, mais que j’avais surtout ce plat de pâtes carbonara à finir !

Après l’orage vint la tempête. Après les premières douleurs est venue l’impérieuse nécessiter d’aller accoucher !

Je me souviens que nous avons pris la voiture, je me souviens de cette pluie qui battait fort sur le pare-brise, je me souviens que le vent déportait un peu la voiture, et je ne me souviens plus de la douleur.

Je me souviens que j’avais la certitude que c’était la dernière fois que nous étions deux. Que la prochaine fois nous allions rentrer à trois.

Ensuite, je ne m’en souviens pas bien, parce qu’il y a eu beaucoup d’émotions, beaucoup trop pour moi. Je me souviens de rires, je me souviens de l’attente, je me souviens des coups de fil à la famille, je me souviens d’avoir vu le papa de mon fils pleurer, je me souviens du moment où on m’a posé mon fils sur moi. Tout chaud, un inconnu et une rencontre qui se fait.

Je me souviens que j’avais vécu cette grossesse avec légèreté, que je n’avais pas tellement investi l’enfant que je portais, que je n’avais rien projeté et que la rencontre a été très forte.

Je me souviens d’avoir regardé son visage longtemps, je me souviens qu’il a été le bébé le plus cool de la terre entière et je sais que 12 ans après, j’ai un ado le plus cool de la terre entière. Et que je ne cesse de le re rencontrer tous les jours.

Et que je l’aime.

 

© Dystopos http://www.flickr.com/photos/dystopos/2543392647/

 

Carnet premiers jours

Carnet 1ères fois

Des photos et des anecdotes de toutes les premières fois de Bébé

Publié dans Beaux mots.